Jouer avec ses enfants : Meilleurs moments au monde !

Jouer avec ses enfants : Meilleurs moments au monde !

23 avril 2019 3 Par Papa & Sauvage

Il y a ceux qui en ont et ceux qui en n’ont pas. Par conséquence, il y a ceux qui savent et ce qui ne savent pas. Mais savoir quoi ? Savoir ce qu’est le bonheur d’avoir des enfants et connaître la détresse, (parfois), d’avoir des enfants.

Car si tous les parents du monde te diront que la grossesse, l’accouchement, l’arrivée du bébé dans leur vie, l’éducation etc, etc, se sont bien passés. Genre comme sur des roulettes du skate de Tony Hawk, c’est qu’ils ne souhaitent pas aborder les sujets tabous résultants de la parentalité, ou qu’ils ne souhaitent pas entacher leur dignité de père ou de mère.

Olala ça serait trop ouf de dire que des fois, ton gamin, et bah t’en a ras-le-bol. Ca serait indigne de dire que des fois, tu lui botterais bien le cul parce qu’il veut même pas goûter la purée de carotte et butternut que tu t’es fait chier à préparer pendant une plombe alors que t’avais une sale journée de taf dans les pattes !

Oui des fois nos gamins nous rendent chèvres, mais aujourd’hui, on va pas parler de ça et penser un peu au taux de natalité français. Bien que mon lectorat ne soit pas encore assez influent pour faire trembler les maternités de France et de Navarre, sait on jamais, la gloire pourrait me tomber dessus un jour ou l’autre.

Tant qu’à être dans le champs lexical des animaux de la ferme, revenons-en à nos moutons car nous avons d’autre chat à fouetter, aujourd’hui, je vais te parler des meilleurs moments de la vie d’un père. Les moments où tu retrouves ton âme de gosse, les meilleurs moments au monde, que dis-je ? De l’univers. Et ça, dans la vie d’un homme, je peux te dire que ça compte fort !

Ces moments où tu passes ton temps à jouer avec la chair de ta chair.

Et non les gamins, tu ne peux pas les larguer devant l’écran d’un Iphone, même si t’as pécho le dernier des derniers, le X ou le Xs ou le XXX j’sais pas quoi. Franchement, moi je suis d’avis, ferme et tranché, pour les occuper à l’ancienne. Manger du sable et des cailloux quoi ! Sauter dans les flaques d’eau, écrire son prénom avec son pipi et mettre des pétards dans les crottes de chien, faire des combats de crabes quand on est en vacances, se rouler dans la boue, attraper les lézards et les araignées à la main, faire du vélo, des roues arrières et des sauts, tomber, se relever, pleurer, rire et apprendre.

Bah oui ma couillasse, c’est pas en découpant des fruits sur un écran avec le bout de son doigt qu’on apprend ce qu’est un kiwi, un ananas ou un maracuja.

C’est pas en regardant Trotro à outrance qu’on devient ingénieur même si devenir ingénieur n’est pas une finalité en soit et que le gosse doit devenir celui qu’il a choisi de devenir, j’en ai déjà parlé une fois, je crois…

Moi, après avoir changé une couche avec un caca qui remonte dans le dos, fait un combat politique pour que le bambino daigne avaler une cuillère de sa putain de purée qu’il aura en plus cracher dans son assiette, après avoir couru après un gnome de 96cm, cul et zgueg à l’air pour lui mettre ses vêtements du jour, argumenter sans cesse contre ses “non” intempestifs, ma récompense, c’est pas de mettre l’enfant sur une tablette et m’isoler sur la mienne.

Ma récompense c’est de prendre son ballon et d’aller tirer des coups-francs et penaltys avec lui, c’est de le tenir par le col pour lui apprendre à faire du vélo, c’est de faire un combat de catch avec lui dans le jardin et de perdre toutes ces bagarres. De le voir gagner, jubiler, rire, être heureux, c’est ça ma victoire.

Jouer avec nos enfants, pouvoir partager de tels moments, c’est vraiment le truc le plus magique qui me soit arrivé dans la vie.

D’une part parce que c’est archi cool, parce que je construis des souvenirs avec mon fils (bientôt mes fils) puis aussi parce que ça me rappelle les moments passés avec mon père quand j’avais cet âge. Tout ça n’a pas de prix.

Je te jure, lorsque je profite de ces moments magiques, entre père et fils, je ne pense plus à la vasectomie, oui, oui… je t’assure, là pour le moment tu t’imagines en mâle alpha, genre moi, mes bouliches on y touche pas, c’est ma virilité, mais il y a des nuits, où le petit, lui, ne les fait pas ses nuits. Et Bien ces nuits là, tu te dis mais pourquoi ? Pourquoi je n’ai pas fermé le robinet ? Puis y’a 1001 autres raisons où tu te diras ça mais moi-même je ne les ai pas encore toutes explorées.

Fin mot de l’histoire, j’avais pas grand chose à dire en somme et je ne suis personne pour juger, mais quand je vois certains parents (oui, on se jauge entre parents faites pas ceux qui ne sont pas au courant), passer leur smartphone aux petits ou pire encore, quand les petits ont leur propre iphone. Le tout pour pouvoir lézarder au bord de la piscine, faire un barbecue entre potes et au calme, dîner au restaurant, regarder TPMP ou les Marseillais ou tout simplement pour être peinard. Franchement tu fais ce que tu veux mais tu rates quelque chose !

Profites de tes bambins, joue avec eux, répond à tous leurs “pourquoi”, lis lui cinq fois la même histoire s’il te la demande cinq soirs de suite car bientôt… Très bientôt, c’est toi qui lui poseras des questions le matin et le soir auxquelles il ne répondra même pas, il jouera avec ses potes et aura honte de jouer avec toi, vous vous croiserez comme des étrangers dans le couloir de la maison dans laquelle vous vivez.

Profites de ces moments magiques. N’en fait pas le sacrifice au prix d’une activité qui ne saurait être que moins bien de toutes façons !