Procrastination : Plaisir interdit aux jeunes parents

Déjà, pour les fâchés avec le vocabulaire, on va expliquer ce que c’est la procrastination. Procrastiner, c’est le fait de remettre au lendemain, ce que l’on peut faire aujourd’hui…

Et là vous vous dites tous, maaaais ouiii, c’est tout moi ça.

C’est vrai que procrastiner, c’est un des loisirs oisifs les plus cools du 21ème siècle et de tous les siècles d’avant en fait. Mais dans cette guerilla urbaine où tu te dois de jongler entre le sport pour être beau l’été, le travail, pour acheter une belle voiture afin de flamber quand tu vas à Carré Sénart (ça c’est pour mes banlieusards) où les 8 dernières paires de sneakers à la mode pour être au top lors des afterworks ou soirées branchouilles de la Capitale (ça c’est pour mes parisiens… Où les banlieusards qui font semblant d’être parisiens) franchement, y’à plus trop le temps de procrastiner. Et ce n’est pas en postant un hashtag lazysunday une fois tous les dimanches qui font de toi un procrastinateur. Surtout si tu t’es levé à 7 heures pour faire ton jogging et poster ton hashtag fitboy ou fitgirl sur Instagram et qu’à 10 heures t’as lâché ton hashtag foodporn & brunch et qu’à 15h tu seras le premier à poster une photo hashtaguée family puis à 18h te mettre à la page sur netflix pour pas être le ringard du lundi matin qui n’a pas vu le dernier épisode cool de la dernière série cool, alors NON, j’insiste, tu n’es pas un procrastinateur.

Le procrastinateur, c’est moi ! ou peut-être toi… Si et seulement si, tu te lèves après 10 fois de “encore 5 minutes” après le réveil (le naturel ou le mécanique, tu sais celui qui fait un bruit et qui te donne l’envie de buter la première personne que tu croiseras dans la journée même si elle ne t’auras absolument rien fait), si une fois levé tu préfères te mettre dans le canapé avant même d’avoir été au water closet pour pisser. Que tu préfères petit déjeuner une part de pizza de la veille, quand bien même réchauffée au micro-onde, elle sera toujours meilleure que tous les brunchs de la terre parce qu’au moins, elle, elle est là, dans ton frigo, et que t’auras pas eu besoin de prendre une douche, t’habiller et prendre les transports pour rejoindre ta troupe de pote pour aller claquer 20 balles pour un p’tit dej. Que tu te remettras dans le canapé et que même zapper c’est fatiguant alors tu laisseras ARTE tourner en boucle toute la journée parce que la voix off de la chaine franco-allemande est ta meilleure berceuse. Que tu prendras une douche à 18h même si sortir prendre l’air n’est absolument pas devenu une option au cours de la journée. Que tu regarderas les papiers administratifs qui traînent et qui sont déjà hors délais depuis une semaine mais seulement après le film du dimanche soir, parce que franchement, les bronzés font du ski, faudrait pas le rater, c’est pas comme si tu l’avais déjà vu 100 fois. Bref, en vrai, le procrastinateur, c’était moi… Depuis j’ai eu un adorable enfant !

Être et rester le procrastinateur que tu étais

A partir du moment où tu as un enfant, y’a deux options, soit t’es un fucking genius et tu as tout délégué à ta meuf qui s’occupe donc de TOUT dans la baraque ce qui te permet d’être et de rester le procrastinateur que tu étais. Entre nous, ça fait surtout de toi un gros bâtard qui sera bientôt cocu ou célibataire voire les deux. Soit t’es comme tout le monde ou au moins la plupart d’entre nous et tu te remontes les manches, te sors les doigts du cul et tu charbonnes à partir du moment où le petit s’est levé, jusqu’à ce qu’il soit couché… AH NON FAUX ! Encore deux ou trois heures après qu’il se soit couché !

Alors pourquoi c’est un plaisir interdit ?

La réponse est assez simple, si tu procrastines, le quotidien va vite te rattraper et tu verras qu’il peut tout aussi vite te bouffer la vie.

Et la vie c’est quoi normalement ? Comme le disait Al Pacino dans Scarface la vie c’est, Manger, Baiser, sucer, picoler… Tu peux évidemment rajouter Dormir, parce que même si tu tapes dans la zipette, je doute que tu aies les mêmes montagnes de blanche que Tony. Puis tu peux aussi rajouter, pour ne faire que dans les grandes lignes… Sans vilains jeux de mots :Travailler !

Qu’on se le dise : Avoir un enfant est un vrai travail à temps plein. Je vais donc vous détailler point par point la vie selon les préceptes de Tony Montana avec quelques rajouts personnels afin de rendre cet article authentique

1/ Manger

Manger : Evidemment, si tu ne manges pas, tu meurs, alors pas tout de suite bien sur mais quand même, il faut s’alimenter selon les règles sociétales, 3 fois par jour. Petit dej’, déjeuner, diner et le tour est joué. Sauf que faire réchauffer des pizzas à tous les repas, en effert ça prend pas trop de time mais ça ne compte pas vraiment et ça nourrit pas l’enfant. Eh ouai ! En fonction de l’âge de ton gamin, tu rajoutes un nouveau menu à ta carte. Toujours selon l’âge du gamin, ça peut aller plus ou moins vite. Petit, il s’accroche aux boobs de ta nana ou à un biberon, plus grand, faut lui faire des purées et putain là ça prend grave du temps. Encore plus grand, il veut le même menu que toi et Dieu merci, là, t’optimises l’agenda ! Bref temps effectif et consacré à la semaine : 600 minutes (préparation et dégustation comprises) !

2/ Baiser, sucer

Baiser/Sucer : On les met dans la même catégorie car l’un peut amener l’autre ou l’autre peut finir l’un. Enfin bref à déguster et savourer dans le sens que vous voulez parce que dans l’absolu, quand y’a d’la gêne, y’a pas de plaisir. Pour ces actes de coïts primitifs, tu attendras la sieste de l’enfant et toutes les occasions seront bonnes pour profiter de ses moments intimes. Bien sûr, en fonction de la sieste, tu feras en sorte d’accélérer la cadence en conséquence. Pour le moment le mien est encore petit et ne déboule pas à l’improviste dans la pièce pour me dire qu’il a fait un cauchemar, mais je redoute ce moment.

Temps effectif et consacré à la semaine : Autant que possible !

3/ Picoler

Picoler : La fatigue amène le stress, le stress amène l’énervement, l’énervement amène les embrouilles de couple pour des trucs de merde. Moi, j’adore enlever mes chaussettes en frottant mes pieds l’un contre l’autre. C’est mon petit kif post couché du gamin une fois que je suis postiché dans le canapé. Fatalement, la chaussette tombe dans le creux du canapé ou au sol. Il m’arrive d’oublier la chaussette ! Elle, boit son thé dans un mug le soir, c’est son petit moment détente quand le fruit de notre amour est au lit, une fois son sachet infusé, il finit tout le temps dans l’évier de la cuisine avant d’aller à la poubelle pour éviter de mouiller et de salir le sol de la cuisine. Fatalement, le sachet de thé reste dans l’évier et ça me rend ouuuuuf putain de merde ! Et bien figurez-vous que ces petits trucs de rien du tout, ça peut déclencher une guerre comme si Donald Trump avait insulté la mère de Kim Jung Un et que ce dernier lui aurait fait la confidence que sa femme Ivana se serait fait dogguiner par Tonton Vlad. Boire un coup c’est la solution pour ramener la paix dans les ménages, prendre le temps de se faire un p’tit apéro c’est cool, alors ne négligez jamais ces moments précieux qui peuvent vous rediriger souvent (TOUJOURS) vers le “baiser/sucer”. Temps effectif et consacré à la semaine 420 minutes.

4/ Dormir

Dormir : Tout dépend de ton gosse, mais en partant sur une moyenne honnête. Sans prendre en compte les réveils nocturnes du bambin,  6 heures de sommeil par nuit, t’es déjà pas trop mal. Ca te laisse le temps de vaquer à tes occupations précédemment citées tout en gardant une cadence supportable pour pouvoir assumer sans craindre le prochain point, à savoir le travail ! Donc le temps effectif et consacré à Morphée s’élève à 2520 minutes

5/ Le travail

Oh god damn, le travail ! alors là, qu’on se le dise 2280 minutes par semaine c’est le truc qui t’occupe généralement du lundi au vendredi de 9h à 18h. Dans un monde ou les chiffres ont pris le pas sur à peu près tout le reste, la pression est forte, très forte. Ton chef te cale business meeting sur business meeting et tel Jeff Tuches te clame sans retenu et en toute décontraction en lieu et place des frites : “Du chiffres, Du chiffres, Du Chiffres, du chiiiffres, du chiffre”.

Toujours plus de chiffres d’affaires, toujours plus de marges, toujours plus de client, toujours plus de tout mais toi t’as toujours la même fiche de paie cheloument, de quoi frôler le burn-out !

C’est donc sur ce point comptable que nous allons faire le bilan.

Une semaine c’est 10880 minutes

Le travail te prend 2280 minutes

Dormir c’est 2520 minutes

L’apéro c’est 420 minutes

Être amoureux : Autant que tu peux

Manger : 600 minutes

Voilà mes sauvageons, vous avez grosso modo 3 jours et demi pour vous aimer (baiser/sucer/faire l’amour vanille/vous faire des câlins/des papouilles/des massages/vous dire des mots doux/etc.) sur lesquels vous devez savamment caler le tout-venant.

Mais what is it Le tout venant ?

Le tout venant, c’est toutes les tâches ménagères qu’un foyer, une famille, un enfant, génèrent. Changer les couches, laver la bagnole, tailler les hais, tondre la pelouse, ranger la chambre, faire les poussières, habiller le gosse, déshabiller le gosse, rhabiller le gosse, faire les travaux, s’occuper de soi, essayer de regarder un film, essayer de ne pas s’endormir sur le canapé, gérer l’administratif, passer l’aspirateur, passer la serpillère, ranger les jouets, nettoyer les carreaux, ranger de nouveaux les jouets, faire les fucking courses chez Auchan, Intermarché, carrefour où je ne sais quelle enseigne encore !

Alors mon putain de conseil dude… Trouve la putain de recette magique pour faire le moins de “tout venant” possible afin de te laisser un maximum de temps pour aimer ta douce mais fait un maximum de “tout venant” au quotidien pour que ce dernier ne te bouffe la vie et ne te laisse le temps de rien.

T’as capté le cercle infernal reptilien illuminati 666 du truc ?

WE ARE TOTALLY FUCKED UP !

 

 

2 thoughts on “Procrastination : Plaisir interdit aux jeunes parents

  1. Justine says:

    J’adore ! Et je me demande pourquoi j’ai décidé de devenir Assistante Maternelle.. C’est comme si je m’imposais un rythme de fou alors que je pourrai attendre gentiment d’avoir un premier enfant… Mais après tout, ça me paraîtra peut-être plus simple quand j’en aurai plus qu’un (le mien) à garder 🙂

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *